Le CERN renforce sa politique de transferts de technologie

Le 10 mars 1999, le Comité des Finances du CERN*, a adopté la politique proposée par la nouvelle Direction afin d'améliorer le transfert de technologie entre le CERN et l'Industrie. Les trois principales actions prises seront : encourager la protection des droits de propriété intellectuelle pour des nouvelles technologies développées au CERN et dans les instituts qui participent à son programme scientifique, favoriser la formation de jeunes scientifiques aux droits de propriété intellectuelle et à l'entreprenariat, renforcer le rôle du Bureau de Liaison pour l'Industrie et la Technologie (BLIT) du CERN. Ces activités seront coordonnées par un nouveau Directeur responsable pour le transfert de technologie.

Dès sa création en 1954, le CERN a été actif en matière de transfert du savoir et de la technologie. Les actions ont pris place dans le cadre de contrats d'achat ou d'accords de collaboration, le principal vecteur du transfert restant le personnel lui-même et tout particulièrement les jeunes ingénieurs et doctorants engagés par l'industrie après leur séjour au CERN. La qualité des technologies développées par le Laboratoire a été sans cesse mieux reconnue. Le World-Wide Web, l'imagerie médicale ou les techniques avancées d'utilisation des puces électroniques ne sont que quelques unes des retombées récentes de la recherche fondamentale qui se poursuit au CERN.

Le renforcement de cette politique de transfert de technologie permettra maintenant au Laboratoire de mieux valoriser ses droits de propriété intellectuelle tout en clarifiant les relations qu'il entretient avec les centres de recherche et l'industrie de ses Etats Membres. La prise de brevet restera toutefois limitée aux cas justifiant d'une image ou d'un marché significatifs et pour lesquels les industriels européens auraient à défendre leurs intérêts face à la globalisation de l'économie.

Ces nouvelles mesures permettront de favoriser la création d'entreprises dans les Etats Membres par les jeunes scientifiques qui quitteront le laboratoire au terme d'un premier emploi d'une durée de 2 à 6 ans. Ce personnel pourra suivre des cours de formation aux droits de propriété intellectuelle et à l'entreprenariat. Ces activités seront animées par le Bureau de Liaison pour l'Industrie et la Technologie du CERN. Créé en 1987, ce bureau renforce son rôle de point focal et de facilitateur tant pour les industriels que pour le personnel travaillant au CERN. Ces activités seront coordonnées par le Directeur responsable pour le transfert de la technologie. Une base de données des technologies disponibles est maintenant accessible au public et les industriels peuvent soumettre des demandes au BLIT. Des liens avec les parcs technologiques et les incubateurs des Etats Membres seront etablis par le BLIT afin de diriger les créateurs d'entreprises vers des sites susceptibles de garantir le succès.

La nouvelle politique ne doit pas porter préjudice à la mission de recherche fondamentale du CERN. Le Laboratoire ait pour mission la science pure, mais les instruments qu'il utilise, les accélérateurs de particules et les détecteurs, ont pour effet de pousser les technologies à leurs limites, et même au-delà. Il en résulte des progrès pratiques qui profitent à l'industrie et à la société.

Pour plus d'information vous pourriez consulter la page web suivante : http://www.cern.ch/CERN/Technology/

Note(s)

* Le CERN, Laboratoire européen pour la physique des particules, a son siège à Genève. Ses Etats membres sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, la Slovaquie, la République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.  La Fédération de Russie, les Etats-Unis, Israël, le Japon, la Turquie, la Commission des Communautés européennes et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

You are here