L'ESA et le CERN: un regard commun sur la recherche physique fondamentale

Un atelier spécialisé sur la physique fondamentale dans l'espace et les questions connexes sera organisé au CERN* à Genève du 5 au 7 avril 2000. Les progrès remarquables des missions spatiales européennes en termes de fiabilité et de coût-efficacité au cours des dernières années permettent d'envisager de nouvelles orientations passionnantes pour cette recherche. L'atelier sera un forum permettant d'échanger avec des collègues spécialistes de la recherche dans l'espace le savoir-faire acquis en physique des hautes énergies.

Les récents progrès de la recherche avec les accélérateurs trouveront des applications prometteuses dans la recherche spatiale. En particulier, les travaux de recherche et de développement effectués pour les détecteurs du Grand collisioneur de hadrons (LHC) du CERN ont apporté des avancées qui ont des applications particulières dans les programmes scientifiques de l'ESA. L'informatique pour le LHC, par exemple, représente un défi technique considérable qui demandera des puissances de calcul et des possibilités en matière de mémoire et de mise en réseau supérieures d'au moins deux ordres de grandeur à ce qui est possible aujourd'hui. A l'occasion de l'atelier, le CERN fera partager son expérience dans une session axée sur les défis en matière d'acquisition et de traitement des données. D'autres sessions sur des sujets comme l'électronique radiorésistante, les détecteurs au silicium ou les détecteurs cryogéniques montreront quelles seront les applications, pour la recherche spatiale, des développements en physique des hautes énergies. L'atelier permettra également une présentation des résultats de la physique des particules et de la physique astrocorpusculaire sur des questions en rapport avec les futurs programmes de recherche spatiale.

L'atelier est organisé par l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Organisation européenne pour la Recherche nucléaire (CERN), à l'initiative du Comité de la Division commune d'astrophysique de la Société européenne de physique et de la Société astronomique européenne. C'est l'un des résultats concrets de la décision prise en mai 1998 par les directeurs généraux de l'ESA et du CERN de créer des groupes de travail pour étudier et proposer des activités communes systématiques. (PR01.98)

Le programme de l'atelier est divisé en deux parties. Des sessions parallèles spécialisées se tiendront les 5 et 6 avril pour examiner et discuter les nouveaux développements en cosmologie et physique astrocorpusculaire dans le contexte des possibilités de la technologie spatiale. L'un de ces sujets concerne LISA (Laser Interferometry Space Antenna), un projet approuvé à l'ESA et qui a pour objet de détecter et d'observer des ondes gravitationnelles émises par des sources galactiques et cosmologiques dans une gamme d'ondes très prometteuse. Il pourrait être lancé vers la fin de cette décennie en tant que projet commun de l'ESA et de la NASA.

Le 7 avril, Luciano Maiani et Antonio Rodotà, respectivement Directeur général du CERN et Directeur général de l'ESA, ouvriront un symposium destiné à un vaste public scientifique pour examiner les perspectives qui s'offrent à la physique fondamentale dans l'espace. Les exposés, qui donneront un résumé des résultats des sessions parallèles, seront axés sur la gravitation, la physique astrocorpusculaire et les technologies habilitantes correspondantes. Pour des informations complètes, on pourra consulter le site Web suivant.

Note(s)

* CERN, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire a son siège à Genève. Ses Etats membres sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. La Fédération de Russie, Israël, Japon, la Turquie, les Etats-Unis, la Commission des Communautés européennes et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

You are here