Communiqués de presse 2000

Histoire du LEP

Genève, le 8 octobre 2000. L'histoire du LEP a commencé à la fin des années 70, lorsque des physiciens des Etats membres du CERN1 se réunirent pour discuter de l'avenir à long terme de la physique des hautes énergies en Europe. Un nouveau modèle des interactions fondamentales, unifiant les forces faible et électromagnétique, apparaissait, et le LEP serait la machine qui permettrait de l'étudier. Après une histoire qui s'était édifiée sur des machines à protons, l'idée d'un collisionneur électron—positon constituait pour le CERN une rupture par rapport à la tradition.

La fermeture du LEP retardée d'un mois

Genève, le 14 septembre 2000. Le 14 septembre 2000, le Directeur général du CERN1, le professeur Luciano Maiani, sur la recommandation du Comité des expériences LEP et de la Commission de la recherche du CERN, a décidé de prolonger la période d’expérimentation de l’accélérateur LEP jusqu’au 2 novembre 2000. Il avait d’abord été prévu de mettre un terme aux onze années de recherche en physique au LEP à la fin de septembre pour entreprendre les opérations complexes d’installation du nouvel accélérateur du CERN, le grand collisionneur de hadrons LHC. Cependant, de nouveaux résultats passionnants des expériences LEP justifient cette décision. Le calendrier de construction du LHC ne sera pas modifié par cette prolongation de l’exploitation du LEP.

Signatures de l'invisible

Genève, le 29 juin 2000. "Signatures de l'invisible" est une collaboration sans précédent entre des artistes et des physiciens contemporains, qui vise à contribuer à la redéfinition des rapports entre la science et l'art. Cette manifestation est organisée conjointement par le London Institute – la plus grande école de création artistique du monde et le CERN1, le plus grand laboratoire mondial de physique des particules.

Une conférence réunit au CERN des physiciens théoriciens du monde entier

Genève, le 27 juin 2000. Le lundi 26 juin, le Directeur général de l'Organisation européenne pour la Recherche nucléaire (CERN1), Luciano Maiani, a ouvert la Conférence "Supersymmetry 2000" qui se tient cette semaine dans les locaux de l'Organisation à Genève. Un bon nombre des plus grands physiciens du monde entier sont venus présenter leurs travaux et discuter de possibles "signatures" d'une nouvelle physique au-delà du Modèle standard de la physique des particules, comme des particules d'un nouveau type ou de grandes dimensions supplémentaires de l'espace, ainsi que du problème de l'énergie dans le vide soulevé pour la première fois par Einstein.

Pages

Subscribe to Communiqués de presse 2000

You are here