L'Union européenne accorde 9,8 millions d'euros pour le développement de la Grille de calcul

Un financement de 9,8 millions d'euros sur trois ans au bénéfice du projet DataGrid a été autorisé dans le cadre du programme Société de l'information de l'Union européenne (relevant du cinquième programme cadre pour la recherche) à la fin de décembre 2000 et un contrat a été signé avec le CERN*, en tant que chef de file du projet.

Ce projet est considéré par les spécialistes internationaux de l'informatique et les autorités de l'Union européenne comme le banc d'essai idéal d'un nouveau modèle de traitement informatique réparti à l'échelle mondiale et comme l'évolution naturelle du World Wide Web, lui aussi développé au CERN. Le projet DataGrid a été soumis à l'Union européenne le 8 mai et, après une analyse couronnée de succès, le consortium a été invité à négocier un contrat de financement par l'UE de 9,8 millions d'euros sur trois ans. La négociation a été rapidement menée à bien à la fin d'octobre 2000. La signature officielle du contrat a eu lieu le 29 décembre.

La multiplication des utilisateurs du World Wide Web fait apparaître les limites de ses capacités de traitement des énormes quantités de données en jeu. Son successeur, la Grille, doit son nom à l'époque héroïque où l'électrification était symbole de liberté, offrant à chacun, utilisateur et fournisseur, la possibilité de tirer profit d'une nouvelle ressource précieuse. La Grille de calcul procède du même esprit pionnier en décentralisant les ressources informatiques grâce à un réseau à grande vitesse reliant entre eux des supercalculateurs, des batteries de processeurs, des disques, de grandes bases de données, des systèmes informatiques, des outils de collaboration et des utilisateurs.

Le projet DataGrid développera et mettra en place une nouvelle infrastructure de calcul distribué conçue spécifiquement pour transmettre et analyser d'énormes quantités de données. Il s'appuiera sur les technologies émergentes de la Grille pour créer une nouvelle Grille mondiale, utilisant des codes-source ouverts (Open Source) et offrant des débits de données et des moyens de calcul d'un niveau sans précédent. Ces ressources seront mises à la disposition d'une communauté d'utilisateurs largement dispersée, de manière transparente, grâce à un niveau intermédiaire de logiciel, qui est la partie réellement novatrice du projet DataGrid. Ces interfaces logicielles serviront à adapter les applications aux différents systèmes d'exploitation des ordinateurs et ouvriront ainsi de nouvelles possibilités de coopération. L'une des fonctions essentielles du projet DataGrid sera de disséminer les informations et les acquis et d'assurer en particulier l'accès de l'industrie, des divers partenaires possibles et d'autres secteurs de la recherche à ces interlogiciels.

Le Data-Grid offrira aux scientifiques du monde entier un accès souple à des ressources informatiques d'une ampleur sans précédent et inaugurera une nouvelle ère d'e-Science. Il donnera les moyens de l'exploration scientifique de la prochaine génération en offrant à des communautés scientifiques éparpillées l'accès partagé à des bases de données atteignant le Péta-octet ( l'équivalent du contenu d'une pile de CD haute comme environ cinq tours Eiffel). Il apportera la démonstration de l'utilisation d'une Grille géographiquement répartie pour exploiter, avec des données distribuées, des modèles informatiques scientifiques gourmands de puissance de calcul appartenant à des disciplines telles que la physique, la biologie et les sciences de la Terre.

Un des premiers défis que devra relever la Grille de calcul consistera à traiter la masse des données produites par le prochain accélérateur du CERN, le grand collisionneur de hadrons (LHC) qui entrera en service en 2005. Des paquets de protons entreront en collision environ 40 millions de fois par seconde au cœur d'énormes détecteurs, engendrant un déluge de données équivalent à 20 conversations téléphoniques simultanées par chaque habitant de la planète. On estime que la puissance de calcul nécessaire pour traiter ces données au CERN correspondra à celle d'environ 100 000 ordinateurs individuels d'aujourd'hui. Une puissance au moins trois fois supérieure devra être disponible dans les instituts du monde entier collaborant aux expériences LHC. A l'évidence, le CERN et les quatre collaborations LHC sont dans l'impossibilité financière et pratique de soutenir un tel effort. C'est pourquoi le CERN fait confiance à la Grille.

Le projet DataGrid aidera à coordonner les projets de grille nationaux, dont beaucoup sont déjà en cours. La connectivité internationale sera assurée par une infrastructure réseau perfectionnée qui sera réalisée dans le cadre du projet Géant de l'Union européenne. Le projet permettra d'explorer les possibilités de traitement informatique de gros volumes de données en réseau à une échelle nouvelle et d'acquérir une base solide de connaissances et d'expérience. Les logiciels intermédiaires seront développés en collaboration avec quelques-uns des principaux centres spécialisés dans la technologie des grilles, qui s'appuieront sur la pratique et l'expérience d'activités antérieures et actuelles dans ce domaine en Europe et ailleurs.

Les six partenaires principaux du projet sont:

  • le CERN – Organisation européenne pour la recherche nucléaire, près de Genève
  • le CNRS (France) - Centre national de la recherche scientifique
  • l'ESRIN - Centre de l'Agence spatiale européenne à Frascati (près de Rome), Italie
  • INFN (Italie) - Istituto Nazionale di Fisica Nucleare
  • NIKHEF (Pays-Bas) – Institut national néerlandais de physique nucléaire et de physique des hautes énergies, Amsterdam
  • PPARC (Royaume-Uni) – Conseil de la recherche en physique des particules et astronomie

Outre les 17 organismes de recherche paneuropéens participant au projet, trois sociétés collaborent en tant que partenaires associés: CS-Systèmes d'information, Clamart, France – une société qui fournit des services informatiques et des produits pour le marché de l'Internet. Datamat, Rome, Italie – une société prestataire de services informatiques pour une gamme étendue d'applications et les marchés informatiques à haute performance. IBM-UK, Feltham, Royaume-Uni – l'unité Informatique à haute performance de cette société informatique de renommée internationale.

De plus un Forum industriel rassemblera des établissements et sociétés de recherche du monde entier, afin de développer des technologies de réseaux ouvertes pour la constitution d'une grille transparente, non exclusive et accessible à tous.

Pour d'autres informations sur le projet DataGrid consulter le site web
ou le Directeur du projet: Fabrizio GAGLIARDI, CERN-IT, 1211 Geneva 23, Suisse
Tel: +41 22 767 2374

Note(s)

*Le CERN, Laboratoire européen pour la physique des particules, a son siège à Genève. Ses Etats membres sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. La Fédération de Russie, Israël, le Japon, la Turquie, les Etats-Unis, la Commission des Communautés européennes et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

You are here