Le CERN réagit à l'augmentation du coût du LHC à son achèvement

Le détecteur CMS lors de l'assemblage

Le détecteur CMS lors de l'assemblage

Le Conseil du CERN*, au sein duquel les représentants des 20 Etats membres de l'Organisation décident des programmes scientifiques et des ressources financières, a tenu sa 120e session le 14 décembre sous la présidence du professeur Maurice Bourquin (CH).

Le CERN s'adapte au LHC

Le Directeur général, Luciano Maiani, a souligné que le CERN est maintenant entièrement mobilisé pour le LHC et a esquissé les premières mesures en vue de faire face à l'augmentation du coût du LHC à la date de son achèvement. Le nouvel accélérateur est un projet extrêmement complexe de haute technologie que le CERN réalise dans des conditions très rigoureuses. Toutefois, les défis techniques sont relevés et la production industrielle des éléments de l'accélérateur et l'installation commencent.

Le professeur Maiani a déclaré que 2001 a été pour le CERN une année très difficile mais décisive. Une étape importante a été franchie lors de cette session avec l'approbation du contrat concernant les aimants dipolaires du LHC, dernier gros contrat pour l'accélérateur.

Le coût total du LHC est maintenant clairement connu. Une première proposition concernant l'adaptation des activités du Laboratoire à cette nouvelle situation sera soumise au Conseil en mars et elle servira à l'élaboration des plans à moyen et long terme qui seront présentés au Conseil en juin 2002. Le professeur Maiani a confirmé qu'une partie non négligeable du surcoût du projet LHC à sa date d'achèvement sera financée sur le budget de base de l'Organisation.

Le Directeur général a mis en place cinq groupes de réflexion chargés d'examiner le coût des différents programmes scientifiques, les domaines où des économies sont possibles dans l'ensemble du Laboratoire, la restructuration et l'amélioration des outils de gestion des ressources du CERN. Il a aussi annoncé au Conseil que M. K.H. Kissler a été nommé Contrôleur du programme du CERN.

Le CERN a toujours fourni aux physiciens des Etats membres des installations et des programmes scientifiques de première qualité, portant notamment sur les neutrinos, les ions lourds, la violation de CP, la physique nucléaire à basse énergie et les antiprotons. Le moment est maintenant venu de concentrer les efforts sur le LHC, tout en préservant la diversité du Laboratoire dans ces autres domaines. L'année 2002 sera celle d'un nouveau plan pour le LHC et d'une nouvelle phase dans la vie du Laboratoire.

Le Directeur général a aussi présenté les grandes lignes des activités scientifiques en 2001. (voir résumé)

M. Robert A. Eisenstein de la Fondation nationale pour la science (NSF) des Etats-Unis d'Amérique a réagi à la déclaration du Directeur général par ces mots: "Nous réaffirmons notre engagement intellectuel et financier envers le CERN, notamment pour ce qui est de nos contributions aux détecteurs ATLAS et CMS et à l'accélérateur. Le CERN reste l'exemple mondial prééminent de collaborations scientifiques fructueuses et très constructives. C'est pourquoi le CERN est grandement admiré et imité de par le monde. Aux Etats-Unis, nous souhaitons tout le succès possible au projet LHC. Compte tenu des difficultés récentes, nous nous réjouissons que des mesures strictes soient prises pour remédier aux problèmes."

Comité d'examen externe

Le Conseil a approuvé la proposition du Directeur général de créer un Comité d'examen externe (ERC) qui sera chargé d'étudier deux grands domaines :

  • l'accélérateur LHC, ses zones d'expérimentation et la contribution du CERN à la construction des détecteurs;
  • le programme scientifique du CERN qui n'est pas directement liée au LHC.

L'ERC réalisera une analyse factuelle exhaustive de ces deux domaines et en rendra compte au Conseil. Cet examen se déroulera parallèlement aux travaux des groupes de réflexion internes récemment créés par le Directeur général.

L'ERC présentera au Comité du Conseil et aux autres comités, en mars 2002, un rapport intérimaire qui pourra ainsi être pris en compte dans les plans révisés à moyen et long termes des activités de l'Organisation. La version écrite définitive de ce rapport sera présentée au Conseil et aux autres comités en juin 2002.

M. R. Aymar (FR)** a été nommé Président de l'ERC et parmi les candidats proposés par les Etats membres, il a fixé comme suit la composition du ERC:

  • Dr Stephan Bieri, ETH (CH),
  • Dr Bjorn Brandt, Swedish Foundation for Strategic Research (SE),
  • Prof Enrique Fernández, Universidad Autónoma de Barcelona (ES),
  • Dr Sigurd Lettow, Forschungszentrum Karlsruhe (DE),
  • Prof Italo Mannelli, Scuola Normale Superiore, Pisa (IT),
  • Mr Marc Pannier, Ministère des finances, de l'économie et de l'industrie (FR),
  • Prof John Peoples, Fermilab (US),
  • Prof David H. Saxon, University of Glasgow (GB).

La composition du Comité présente une répartition équilibrée entre des membres reconnus de la communauté scientifique internationale et des experts confirmés des Etats membres dans les domaines des finances et de la gestion.

Budget

Le Conseil a approuvé un budget de 1060 MCHF pour 2002. Il a également été convenu que 5% du budget (53 MCHF) seraient provisoirement gelés dans le budget du matériel. En mars 2002, le Conseil décidera s'ils doivent être débloqués, au vu des propositions qui seront faites par la Direction pour un alignement du budget de 2002 sur les nouveaux plans à moyen et long terme.

Le Conseil a approuvé également un indice global de variation des coûts de 0,76% et un indice d'adaptation des traitements de 1,3% pour 2002.

Nominations de personnel supérieur

M. T. Lagrange (BE) a été nommé chef de la Division des approvisionnements et de la logistique pour une période de trois ans du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2004.
M. A. J. Naudi (CH/GB) a été reconduit dans ses fonctions de chef de la Division des finances pour une période de deux ans du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2003.

Elections

Le professeur M. Bourquin (CH) a été réélu Président du Conseil pour une deuxième période d'un an à compter du 1er janvier 2002.
Le professeur R. Sosnowski (PL) a été réélu Vice-Président du Conseil pour une deuxième période d'un an à compter du 1er janvier 2002.
Mme B. Sode-Mogensen (DK) a été réélue Présidente du Comité des finances pour une deuxième période d'un an à compter du 1er janvier 2002.
M. J. Feltesse (FR) a été élu Président du Comité des directives scientifiques pour une année à compter du 1er janvier 2002.
Le professeur K.J. Peach (UK) a été élu membre du Comité des directives scientifiques pour trois ans à compter du 1er janvier 2002.
Le professeur F. Wilczek (USA) a été élu membre du Comité des directives scientifiques pour trois ans à compter du 1er janvier 2002.

Rapport du Directeur général au Conseil le 14 décembre 2001

Le Directeur général, Luciano Maiani, a commencé son rapport au Conseil en indiquant que deux questions ont dominé l'année 2001. Premièrement, la décision d'arrêter le LEP était-elle une bonne décision sur le plan scientifique ? Deuxièmement, quelles sont les mesures qui doivent être prises pour surmonter les difficultés financières actuelles du projet LHC, qu reste la principale activité du Laboratoire ?

Sur la question du LEP, les analyses finales des données des expériences paraissent toujours indiquer que la nouvelle physique a peut-être fait une première apparition au LEP sous la forme d'un boson de Higgs possédant une masse de 115,6 GeV. Avec une année déjà d'études approfondies, les expérimentateurs ont confiance dans ce chiffre, bien que la probabilité qu'il soit dû à une nouvelle physique et non à une simple fluctuation statistique soit plus faible que ce qu'on pensait initialement. La résolution de cette énigme est maintenant laissée au Tevatron du Laboratoire Fermi et au LHC. Le professeur Maiani a présenté les résultats des recherches minutieuses de manifestations d'une nouvelle physique, qui ont permis de définir clairement les objectifs à donner aux futures expériences, et il a souligné à cette occasion l'apport majeur du LEP à notre connaissance de la Nature.

Evoquant ensuite le reste du programme du CERN, le professeur Maiani a indiqué que de nombreuses expériences s'achèveront dans les années à venir et que bientôt le CERN n'aura plus qu'une seule grande expérience en cours. Celle-ci, appelée COMPASS, a recueilli ses premières données en 2001 avec l'objectif d'étudier la structure des protons et des neutrons. La composante à plus basse énergie du programme scientifique du CERN reste vigoureuse et s'adresse à une communauté très diversifiée d'utilisateurs. Les résultats notables de l'année qui s'achèvent incluent une comparaison très précise de la matière et de l'antimatière par l'expérience ASACUSA. Deux nouvelles installations de physique nucléaire, l'accélérateur d'isotopes instables REX-ISOLDE et l'installation de neutronique par temps de vol nTOF, ont été mises en service en 2001. Elles sont destinées à étudier une gamme complémentaire de questions allant de la physique nucléaire fondamentale à la production des éléments dans les étoiles. Concernant l'avenir à plus long terme, le professeur Maiani a annoncé que les travaux de génie civil pour la ligne de faisceaux qui dirigera des neutrinos vers le Laboratoire italien du Gran Sasso étaient bien avancés.

La construction de l'ensemble des quatre expériences LHC a commencé. ATLAS et CMS sont parvenus à mi-chemin en termes d'engagements financiers, et l'ensemble des quatre expériences devraient disposer, pour 2006, de détecteurs dans une configuration initiale. Au sujet de l'accélérateur LHC, le professeur Maiani a annoncé qu'une étape importante avait été franchie avec l'approbation par le Comité de finances, dans la présente série de réunions, des contrats cruciaux concernant l'acquisition des aimants dipolaires. Ces contrats seront passés en mars, dès qu'on connaîtra le calendrier de livraison de leurs câbles supraconducteurs. La fin du démantèlement du LEP approche et les préparatifs de l'installation du LHC sont maintenant en cours. Les travaux de géodésie ont démarré et l'installation commencera en 2002.

En conclusion, le Directeur général a déclaré que 2001 avait été une année difficile mais décisive pour le CERN et que de dures décisions devraient encore être prises. Le premier pas a cependant été fait avec le redéploiement de 33,5 MCHF pour le LHC sur le budget central pour 2002, grâce à des mesures d'économies et à la réduction d'autres activités scientifiques. Plusieurs groupes de réflexion internes ont été constitués pour examiner des aspects du fonctionnement du CERN. Ils soumettront en février 2002 un rapport préliminaire qui contribuera aux futurs plans à moyen et long termes du CERN.

Note(s)

* Le CERN, Laboratoire européen pour la physique des particules, a son siège à Genève. Ses Etats membres sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. La Fédération de Russie, Israël, le Japon, la Turquie, les Etats-Unis, la Commission des Communautés européennes et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

**M R. Aymar est le Directeur de l'ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), projet qui a pour objectif de démontrer la faisabilité scientifique et technologique des applications pacifiques de l'énergie de fusion.

You are here