Le CERN lance des tests de la grille de calcul à l'échelle européenne

Cette semaine marquera le coup d'envoi, par de jeunes informaticiens du monde entier, d'une série de tests du dernier logiciel mis au point par le projet européen de grille de calcul (DataGrid)1. Les étudiants participant à l'Ecole de Calcul électronique du CERN22002 à Vico Equense, Italie, soumettront des calculs pouvant être exécutés n'importe où sur la grille de calcul du projet. Cette grille s'appuie actuellement sur 10 centres de calcul dans toute l'Europe. Il s'agit de la première étape d'une série de tests importants utilisant le logiciel du projet DataGrid qui aura lieu cet automne et comportera des connexions par delà l'Atlantique.

"On a fait beaucoup de bruit autour de la Grille l'an passé, mais il y a eu très peu d'exemples d'utilisation effective d'une grille. Ces étudiants en informatique – parmi les meilleurs en Europe – constituent d'excellents testeurs de notre grille de calcul européenne. Ils la pousseront jusque dans ses derniers retranchements – et au-delà !" a déclaré Fabrizio Gagliardi, Directeur de l'Ecole et chef du projet DataGrid.

La notion de grilles d'ordinateurs géographiquement décentralisés fait l'objet de travaux de développement aux quatre coins du monde et est en passe de devenir la plus grande découverte dans le domaine de la technologie des réseaux informatiques depuis la naissance au CERN du World Wide Web. Alors que le Web permet d'acheminer rapidement une information déjà traitée, la Grille aura pour but de rechercher et d'utiliser des quantités colossales de puissance informatique à travers un réseau mondial de plusieurs dizaines de milliers d'ordinateurs et de mémoires interconnectés. Ce concept ouvre de larges horizons à l'analyse de données et à la résolution de problèmes dans des applications scientifiques variées, de la physique des particules aux applications biomédicales, en passant par l'observation de la Terre.

Le projet européen DataGrid, né il y a deux ans, est une collaboration entre des organisations scientifiques de toute l'Europe, dirigée par le CERN. Il vise à pousser plus avant les travaux de recherche et de développement et à produire une grille opérationnelle pouvant être utilisée pour divers problèmes scientifiques. Les ressources rassemblées par la Grille seront accessibles de manière transparente à une très vaste communauté à travers les couches du nouvel "intergiciel". Ce logiciel "d'aiguillage" sera transparent, intervenant entre les utilisateurs avec leurs applications et les systèmes d'exploitation distribués.

Pour Bob Jones, coordinateur technique du projet, "le DataGrid va bien au-delà de la simple communication entre des ordinateurs individuels - les réseaux si usuels de nos jours. Il vise à relier de manière simple des grappes d'ordinateurs – appelées ruches – dans de grands centres de calcul à travers tout le continent. La puissance informatique pouvant être exploitée par une telle grille sera véritablement phénoménale – dépassant même celle des plus grands superordinateurs autonomes."

Le tout dernier intergiciel du projet a été lancé officiellement au début du mois et c'est cette nouvelle version que les étudiants mettent à l'épreuve à l'occasion de l'Ecole de calcul électronique du CERN. Ils étudieront les questions d'authentification, d'autorisation, d'accès aux ressources, de recherche de ressources et les autres défis que les technologies de la grille doivent relever. Des sessions spéciales leur permettront d'acquérir une expérience pratique et de soumettre des calculs pour résoudre des problèmes de physique grâce au banc d'essai d'ordinateurs déjà mis en place à travers l'Europe par le projet DataGrid. Le nouvel intergiciel reliera leurs travaux aux ressources les mieux adaptées dans la grille informatique du banc d'essai.

Des physiciens des particules et des informaticiens de plusieurs pays participant au projet européen DataGrid évaluent aussi ce nouvel intergiciel. Il intéresse particulièrement les collaborations qui préparent les expériences pour le Grand collisionneur de hadrons (LHC), qui doit entrer en service au CERN en 2007. "Cette version représente une avancée essentielle dans le développement et la mise en œuvre du modèle informatique mondial nécessaire pour traiter l'avalanche sans précédent de données qui seront produites au démarrage du LHC" a indiqué Frank Harris, coordinateur des activités d'évaluation du logiciel DataGrid des expériences LHC.

La communication des informations et de l'expérience est un principe essentiel du projet DataGrid. L'accent est mis sur le fait que l'industrie, les partenaires éventuels et les différents domaines scientifiques doivent pouvoir disposer de cet intergiciel. A l'automne, la nouvelle version de l'intergiciel DataGrid sera présentée à l'occasion de diverses manifestations dans différents pays européens, parmi lesquelles une démonstration transatlantique lors de la conférence IST 2002 à Copenhague et les deux premières étapes d'une "tournée" montrant comment utiliser l'intergiciel.

Pour plus d'informations veuillez contacter : Rosy Mondardini, Information Officer,
European DataGrid Project - voir site web
Tél. +41-22-767-4528,
E-mail: rosy.mondardini@cern.ch

Agenda

15-28 septembre 2002 Vico Equense, Italie. Ecole de Calcul électronique du CERN 2002. Les étudiants utiliseront la nouvelle version de l'intergiciel pour soumettre leurs travaux sur la Grille.

11-13 novembre 2002 Bruxelles, Belgique. La recherche européenne en 2002. Conférence marquant le lancement du sixième programme-cadre de l'Union européenne pour la recherche scientifique.

24-26 septembre 2002 Amsterdam, Pays-Bas. Conférence iGRID 2002. Principaux thèmes : la cyberscience, les applications des grilles et des laboratoires virtuels.

16-22 novembre 2002 Baltimore, USA. Super Computing 2002, démonstration transatlantique par le Intergrid Demonstration Project.

3-4 octobre 2002 CERN, Genève, Suisse. Tournée travaux pratiques. Les utilisateurs apprendront comment mettre en oeuvre leurs applications scientifiques sur la Grille.

2-4 décembre 2002 National e-Science Centre, Edimbourg, Royaume-Uni. Tournée travaux pratiques. Les utilisateurs apprendront comment mettre en oeuvre leurs applications scientifiques sur la Grille.

4-6 novembre 2002 Copenhague, Danemark. Conférence IST 2002. "Partnerships for the Future". Démonstration transatlantique par Intergrid Demonstration Project, un projet conjoint entre GriPhyN-iVDGL-PPDG (Trillium), DataTAG et le projet européen DataGrid.

 

 

Note(s)

1. Le projet européen DataGrid est financé par l'Union européenne. Il est dirigé par le CERN et comprend cinq partenaires principaux et quinze associés. Les plus grands laboratoires européens de recherche collaborent au projet : l'Agence spatiale européenne (ESA), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) de France, l'Istituto Nazionale di Fisica Nucleare (INFN) d'Italie, l'Institut national de physique nucléaire et de physique des hautes énergies (NIKHEF) des Pays-Bas et le Conseil de la recherche en physique des particules et en astronomie (PPARC) du Royaume-Uni. Les quinze partenaires associés appartiennent aux pays suivants : Allemagne, Espagne, Finlande, France, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Suède, République tchèque et Royaume-Uni. Voir http://www.eu-datagrid.org

2. Le CERN, le Laboratoire Européen de Physique des Particules, est basé à Genève. Actuellement ses états membres sont l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la République Tchèque, le Danemark, la Finlande, la France, l'Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, les Pays Bas, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la République de Slovaquie, l'Espagne, la Suède, la Suisse et le Royaume Uni. Israël, le Japon, la Fédération de Russie, les Etats Unis d'Amérique, la Turquie, la Commission Européenne et l'UNESCO ont un statut d'observateur.

You are here