Le CERN reçoit les Chefs d'Etat

Genève, le 14 octobre 2004. Le 19 octobre, la célébration du 50e anniversaire du CERN1 atteint son apogée avec une cérémonie à laquelle participeront plusieurs Chefs d'Etat, ainsi que les représentants du Gouvernement de tous les Etats Membres et Observateurs du CERN.
Les journalistes pourront participer à cet événement, à condition d'avoir été accrédité au préalable. Les journalistes accrédités pour participer à l'événement auront un accès à la totalité de la cérémonie. Une salle de presse entièrement équipée sera mise à disposition et la cérémonie y sera retransmise sur grand écran. Des prises de son (analogiques XLR) seront disponibles dans la salle de presse et la tente de cérémonie, ainsi qu'un accès au téléphone, fax et Internet2. Les journalistes non-accrédités pourront uniquement accéder à la salle de presse.

Programme de la cérémonie officielle (15:00 – 17:00) :

  • Discours d'ouverture : Dr Robert Aymar, Directeur Général du CERN
  • Discours du Professeur Federico Mayor Zaragoza, Directeur Général de l'UNESCO 1987-1999 : les réalisations scientifiques du CERN et leur impact sur la société
  • Interventions du Président de la Confédération Suisse, du Président de la République Française, et du Roi d'Espagne (informations connues le 14 octobre 2004)
  • Discours de clôture : Professeur Enzo Iarocci, Président du Conseil du CERN

Pour les membres de l'UER, la totalité de l'événement sera diffusée en direct à partir de 14 :00 sur Eutelsat W3. Ainsi, l'arrivée de chaque délégation entre 14:00 et 15:00 sera diffusée.

Après la cérémonie, il pourrait être possible d'organiser des interviews avec les membres des délégations. Prière de communiquer préalablement vos requêtes au service de presse.

Informations pratiques :

Note(s)

1 Le CERN, Laboratoire européen pour la physique des Particules, a son siège à Genève. Ses Etats membres actuels sont les suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, France, Finlande, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. L'Inde, Israël, le Japon, la Fédération de Russie, les Etats-Unis d'Amérique, la Turquie, la Commission européenne et l'UNESCO ont le statut d'observateur. Le Conseil du CERN est l'organe au sein duquel les représentants des vingt Etats membres de l'Organisation décident des programmes scientifiques et des ressources financières.

Le CERN est né en 1954 de la vision d'une poignée de scientifiques qui virent l'opportunité de construire un laboratoire mondial pour la recherche fondamentale, tout en ralliant les nations à travers la science. La Convention fondant le CERN souligne le fait que l'Organisation doit encourager la collaboration internationale et promouvoir les contacts et les échanges entre scientifiques. L'organisation est aussi chargée de diffuser ses résultats gratuitement, de fournir une formation de haut niveau et de travailler en collaboration proche avec les autres institutions de recherche.

« Quand les 12 Etats fondateurs ont ratifié la convention du CERN le 29 septembre 1954 », explique Robert Aymar, le Directeur Général du CERN, « ils donnaient à la nouvelle Organisation la mission de fournir des installations de première classe, de coordonner la recherche fondamentale en physique des particules, et aider à la réconciliation des pays d'Europe, après les deux guerres mondiales. »
Le CERN y est parvenu. Ses installations uniques permettent d'accueillir environ la moitié des physiciens des particules au monde. Ses membres ont vu leur nombre augmenter jusqu'à 20 Etats européens, beaucoup de pays au-delà de l'Europe participant par ailleurs. Ses Etats membres ont mis en commun leurs ressources pour faire du CERN leur laboratoire national pour la physique des particules.

« C'est n'est pas un hasard », souligne Robert Aymar, « si beaucoup de pays qui vont rejoindre l'Union Européenne, sont déjà membres du CERN. La collaboration scientifique a prouvé qu'elle est une étape précieuse sur le chemin de la collaboration au niveau politique. »
Dans son année de jubilé, le CERN concentre ses efforts sur le grand collisionneur de hadrons (LHC) qui sera l'instrument scientifique le plus grand et le plus complexe au monde quand il sera mis en service en 2007. Les expériences du LHC permettront aux physiciens d'achever un voyage commencé avec Newton lorsqu'il décrivit la gravité. La gravité agit sur la masse, mais la science est depuis incapable d'expliquer pourquoi les particules fondamentales ont la masse qu'elles ont. Les expériences du LHC devraient nous fournir la réponse.

La gravité agit sur la masse, mais la science est depuis incapable d'expliquer pourquoi les particules fondamentales ont la masse qu'elles ont. Les expériences du LHC devraient nous fournir la réponse. Elles enquêteront également sur la mystérieuse masse manquante et l'énergie sombre de l'Univers – la matière visible semble compter pour seulement 5% de ce qui doit exister. Elles chercheront la raison pour laquelle la nature préfère la matière à l'antimatière, et essayeront de comprendre quel était l'état de la matière au tout début de l'Univers.

La réputation du CERN est fondée sur la recherche fondamentale, mais l'Organisation est aussi une source importante de nouvelles technologies. Le World Wide Web a été inventé au CERN, et aujourd'hui l'Organisation est à l'avant garde des efforts de développement d'un système informatique mondialement distribué connu sous le nom de Grille de calcul.

2 Veuillez prendre en considération qu'il n'y aura pas de firewall pour l'accès Internet dans la salle de presse. Afin de travailler en toute sécurité et par respect pour les autres utilisateurs, veuillez équiper vos ordinateurs avant votre arrivée d'un Antivirus et mise à jour sécurité. Nous vous encourageons également à installer votre firewall habituel.

You are here