« Vers une Europe de l'innovation et de la connaissance » : le rapport de l'EIROforum sur la politique scientifique

Le Commissaire européen pour la science et la recherche, M. Janez Potočnik

Le Commissaire européen pour la science et la recherche, M. Janez Potočnik

Les poids lourds de la science européenne offrent leur aide pour l'instauration d'une économie fondée sur la connaissance

Bruxelles, le 20 avril 2005 – Les sept grandes organisations scientifiques intergouvernementales européennes partenaires au sein de l'EIROforum ont présenté ce jour un rapport exhaustif sur la politique scientifique, intitulé "vers une Europe de l'innovation et de la connaissance", en présence du Commissaire européen pour la science et la recherche, M. Janez Potočnik, et du ministre luxembourgeois de la Culture, de l'Enseignement supérieur, de l'Emploi et de la Recherche, M. François Biltgen. Le Luxembourg assume actuellement la présidence du Conseil de l'Union européenne.

Il y a cinq ans, à l'occasion du Conseil européen de Lisbonne, la création d'un Espace européen de la recherche (EER) était proposée pour atteindre les objectifs ambitieux qui permettront de faire de l'Europe la première économie fondée sur la connaissance. L'EER entend créer un marché unique pour la recherche européenne, rassemblant les scientifiques de tous les Etats membres. Les partenaires de l'EIROforum exploitent quelques-unes des plus grandes infrastructures scientifiques du monde, possèdent de longue date une expérience unique en matière d'organisation de la recherche paneuropéenne, mettent leurs connaissances spécialisées au service des discussions sur les nouvelles grandes installations en Europe, servent de modèle pour l'EER et font partager leur expérience et s'engagent activement pour la création d'un véritable Espace européen de la recherche.

Le rapport de l'EIROforum sur la politique scientifique décrit leur vision commune de l'avenir de la recherche scientifique européenne afin de soutenir le processus de Lisbonne en oeuvrant, aux côtés de la Commission, à la mise en œuvre de l'Espace européen de la recherche. Alliée à la réussite et au savoir-faire propres de chacun des partenaires de l'EIROforum, cette collaboration donne une impulsion importante à la recherche européenne et donc aux objectifs de Lisbonne pour l'instauration d'une économie fondée sur la connaissance.

"A l'heure où les frontières de l'Union européenne s'élargissent, les partenaires de l'EIROforum ont un rôle fondamental à jouer en travaillant avec les institutions de l'Union européenne dans un environnement en évolution", souligne Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l'ESA (L'ESA préside actuellement l'EIROforum).

Dans leur rapport sur la politique scientifique, les partenaires de l'EIROforum soutiennent l'instauration en Europe d'un climat dans lequel la recherche compétitive est menée de manière efficace, rentable et féconde. Le rapport présente de nombreux moyens concrets par lesquels les organisations de l'EIROforum peuvent contribuer de manière tangible au renforcement de l'EER.

L'un des principaux défis que devra relever la société dans les années à venir sera de mettre en place une base de recrutement solide pour les emplois et les carrières scientifiques et technologiques. Attirer plus de jeunes est essentiel pour l'avenir de la recherche européenne et le rapport de l'EIROforum sur la politique scientifique propose un train de mesures destinées à stimuler l'intérêt des jeunes pour la science. Il préconise notamment d'améliorer la place accordée à la science européenne dans les médias, de créer un "partenariat pour l'enseignement scientifique", de poursuivre le fructueux festival annuel "La science en scène" et de participer au concours européen pour jeunes scientifiques organisé par la Commission européenne.

Le rapport de l'EIROforum sur la politique scientifique souscrit à la stratégie de la Commission européenne visant à recruter et retenir en Europe des scientifiques de premier plan. Cette stratégie devrait être soutenue par un Conseil européen de la recherche (CER) agissant en tant qu'organe autonome, axé sur la science et doté de moyens financiers suffisants pour garantir la compétitivité sur le plan mondial de la recherche européenne. De par leur caractère international, les sept partenaires de l'EIROforum sont idéalement placés pour servir de passerelles pour la communication scientifique, technologique et culturelle entre l'Europe et d'autres régions du monde.

Les partenaires de l'EIROforum pourraient également s'associer avec l'industrie européenne dans le cadre de plates-formes technologiques ou de grands projets intégrés qui rendraient possible la mise au point de nouveaux instruments scientifiques, un domaine où l'on a besoin de fabricants européens pour asseoir solidement et promouvoir la recherche de pointe sur notre continent et générer d'importantes retombées industrielles.

L'EIROforum est un partenariat créé en 2002 entre sept grandes organisations scientifiques intergouvernementales européennes. Ces organisations, qui sont des pôles d'excellence scientifique en Europe, exploitent quelques-unes des plus grandes infrastructures scientifiques du monde, permettant ainsi aux scientifiques européens de prendre part à des recherches véritablement d'avant-garde et d'être compétitifs au niveau mondial. La première collaboration intergouvernementale européenne a vu le jour il y a 50 ans déjà, lors de la création du CERN, qui fut suivie quelques années plus tard par celle de l'ESO. Les budgets réunis des sept partenaires de l'EIROforum sont comparables à celui de l'actuel programme-cadre de l'Union européenne. Chacune de ces organisations est devenue un leader mondial en créant un "Espace européen de la recherche" dans son propre secteur scientifique, démontrant ainsi l'utilité et la faisabilité de la collaboration paneuropéenne dans le domaine de la science.

"Les organisations de l'EIROforum sont le symbole d'une nouvelle Europe ; elles sont la preuve vivante qu'en travaillant ensemble, Etats et citoyens européens peuvent accomplir davantage que tout ce qui pourrait être fait à un niveau individuel ou national" affirme Jean-Jacques Dordain.

Pour plus d'informations sur le rapport de l'EIROforum sur la politique scientifique "Vers une Europe de l'innovation et de la connaissance", veuillez vous adresser à l'un ou l'autre des attachés de presse suivants :

Claus Madsen
cmadsen@eso.org
Tél: +49 89 32 00 62 78

Leo Hennesy
Leo.Hennessy@esa.int
Tél: +00 32 2 743 30 86

Pour plus d'informations sur l'EIROforum, consultez son site Web. Pour plus de renseignements sur les différents partenaires de l'EIROforum, veuillez contacter leurs attachés de presse respectifs :

CERN
Renilde Vanden Broeck
Renilde.Vanden.Broeck@cern.ch
Tél: +41 22 767 21 41

EFDA
Jennifer Hay
jennifer.hay@ukaea.org.uk
Tél: +44 1235 466 232

EMBL
Trista Dawson
trista.dawson@embl.de
Tél: +49 6221 387 452

ESA
Franco Bonacina
franco.bonacina1@esa.int
Tél. + 33 1 53 69 77 13

ESO
Henri Boffin
hboffin@eso.org
Tél: +49 89 3200 6276

ESRF
Montserrat Capellas
capellas@esrf.fr
Tél: +33 476 88 26 63

ILL
Françoise Vauquois
vauquois@ill.fr
Tel: +33 476 20 71 07

Note(s)

CERN, the European Organization for Nuclear Research, is the world's leading laboratory for particle physics. It has its headquarters in Geneva. At present, its Member States are Austria, Belgium, Bulgaria, the Czech Republic, Denmark, Finland, France, Germany, Greece, Hungary, Italy, the Netherlands, Norway, Poland, Portugal, Slovakia, Spain, Sweden, Switzerland and the United Kingdom. Romania is a candidate for accession. Israel is an Associate Member in the pre-stage to Membership. India, Japan, the Russian Federation, the United States of America, Turkey, the European Commission and UNESCO have Observer status.

You are here