Le CERN lance la deuxième phase du partenariat industriel openlab

Genève, le 17 m ai 2006. Le coup d’envoi officiel de la deuxième phase du projet CERN openlab ("CERN laboratoire ouvert"), un partenariat entre le CERN1 et de grandes entreprises informatiques, a été donné ce jour, lors d’une cérémonie organisée au Laboratoire. HP2, Intel3 et Oracle4 sont les partenaires industriels participant à cette deuxième phase, qui s’appuie sur l’expérience des trois dernières années au cours desquelles le partenariat a donné d’excellents résultats techniques dans le domaine des grappes et des grilles de calcul. Au cœur des activités prévues au début de cette deuxième phase : un centre de compétences, un centre d'interopérabilité des grilles et un projet de sécurité informatique.

Le centre de compétences est axé sur la virtualisation de plates-formes et l’optimisation matérielle et logicielle. La virtualisation de plates-formes permet aux applications de grille de bénéficier d’un environnement normalisé et hautement sécurisé, présenté par un « hyperviseur de machines virtuelles », indépendant de toutes les complexités matérielles. L’optimisation matérielle et logicielle jouera un rôle essentiel dans la mise en place d’une grille de calcul mondiale pour le Grand collisionneur de hadrons (LHC), qui sera dès son entrée en service l’an prochain le fleuron des accélérateurs du CERN. Elle devrait permettre de faire face aux gigantesques ressources informatiques nécessaires aux chercheurs des expériences LHC et d’éviter ainsi que celles-ci n’excèdent les moyens informatiques disponibles sur la grille.

La proposition d’un centre d'interopérabilité des grilles vise à renforcer la deuxième phase du projet EGEE (réalisation de grilles pour la science en ligne), financé par l'Union européenne et piloté par le CERN. Il permettra aux partenaires du CERN openlab de participer à l’intégration et à la certification des intergiciels de grille. Ce centre mettra l’accent sur trois activités : les essais et la certification des piles d’intergiciels d’EGEE sur des bancs d’essai fournis par les partenaires ; l’appui, l’analyse, le débogage et la résolution de problèmes pour faire face aux difficultés rencontrées sur le banc d’essai ; des activités d’interopérabilité qui examinent les niveaux actuels de l’interopérabilité des grilles, y compris avec les piles d'intergiciels proposées par les partenaires.

En plus de ces centres, le partenariat CERN openlab a lancé un projet dans le domaine de la sécurité informatique. Au début, les activités concerneront essentiellement la protection contre les virus informatiques et les logiciels espions, la détection et la prévention des intrusions, avec une attention particulière accordée à la sécurité client et à la sécurité des serveurs de messagerie électronique. Les entreprises finlandaises F-Secure5 et Stonesoft6 ont rejoint le partenariat CERN openlab en tant que contributeurs, un statut créé pour les entreprises informatiques plus petites qui désirent prendre part à des projets ciblés pour une période de temps plus limitée. L’Institut de physique d’Helsinki a joué un rôle déterminant dans l’organisation de ces activités.

L’opencluster (système ouvert du CERN), une grappe de stockage et de calcul de pointe qui a contribué à plusieurs résultats marquants des activités du CERN en matière de grille et de réseaux haut débit, était le projet phare de la première phase du partenariat CERN openlab. Les partenaires des trois premières années avaient pour nom Enterasys, HP, IBM, Intel et Oracle. Comme en témoignent les résultats obtenus par l’opencluster, le partenariat CERN openlab a institué un cadre de collaboration efficace et inédit entre de multiples partenaires industriels, dans un esprit préconcurrentiel et sur la base de normes ouvertes.

Pour Robert Aymar, Directeur général du CERN, « outre les nombreux et excellents résultats techniques qu’il a apportés, ce partenariat donne au CERN les moyens de partager sa vision de l’avenir du calcul scientifique avec de grands noms de l’informatique, et de savoir précisément comment l’industrie envisage l’évolution des services et des matériels informatiques. »

Dans son intervention lors du coup d’envoi de la deuxième phase, Michel Benard, Directeur des programmes technologiques et des relations avec les universités de HP, a déclaré que « sa participation au partenariat CERN openlab, donne à HP la possibilité de se connecter à une grille réellement opérationnelle et de se frotter aux réalités du terrain ».

Gordon G. Graylish, Vice-Président et Directeur général du Groupe Sales and Marketing d’Intel pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique a fait remarquer que « les activités du CERN dans le domaine de la grille sont une application idéale pour des technologies de pointe comme la technologie de virtualisation Intel, les outils logiciels Intel Compilers et Intel Threading et la connectivité haut débit 10GbE, qui reposent tous sur l’architecture des processeurs Xeon ® et Itanium ® 2. La gigantesque puissance de calcul requise par le LHC trouvera dans la technologie Intel un formidable moteur. »

« Le rôle joué par la technologie de grille d’Oracle au sein du partenariat CERN openlab a démontré que les solutions commerciales ont réellement un rôle à jouer dans des environnements scientifiques très exigeants » a expliqué Sergio Giacoletto, Directeur général adjoint d'Oracle pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique. « Parallèlement, le CERN openlab a amplement contribué à démocratiser la grille de calcul, la faisant rapidement évoluer d’une discipline scientifique obscure en une technique utilisée aujourd’hui par de nombreuses entreprises, petites ou grandes. »

Pour plus de renseignements, consultez le site Web du projet CERN openlab.

Contact avec la presse :

François Grey
Équipe Communication IT
Département IT CERN
Francois.Grey@cern.ch
+41 22 767 1483

Note(s)

1 Le CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est le premier centre mondial de recherche en physique des particules. Il a son siège à Genève et a actuellement pour Etats membres l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'Inde, Israël, le Japon, la Fédération de Russie, les Etats-Unis d'Amérique, la Turquie, la Commission européenne et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

2HP est l'un des premiers fournisseurs mondiaux de produits, de technologies, de solutions et de services pour le grand public et les entreprises. Ses activités englobent l'infrastructure informatique, l'informatique individuelle et les équipements d'accès, les services à l'échelon mondial, ainsi que l'imagerie et l'impression.

3 Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel, développe des technologies, des produits et des projets pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail.

4Oracle est la plus grande société de génie logiciel d'entreprise au monde. Oracle est une marque déposée d'Oracle Corporation et/ou de ses filiales.

5F-Secure est le numéro un mondial des solutions de sécurité dans le domaine des technologies de l’information et des télécommunications offertes par les fournisseurs de services. Ses produits comprennent des solutions antivirus avec prévention des intrusions, antispam, anti-logiciel espion pour les utilisateurs des réseaux fixe et mobile.

6Stonesoft, basé à Helsinki, est un fournisseur innovant de solutions de sécurité réseau et de continuité de services.

You are here