Stephen Hawking explore l'avenir de la physique des particules au CERN

Stephen Hawking avec le Directeur général du CERN, Robert Aymar (Image: CERN)

Genève, le 2 octobre 2006. Stephen Hawking, titulaire de la chaire lucasienne à l'Université de Cambridge et auteur d'Une brève histoire du temps – grand succès de librairie – est venu passer une semaine au CERN1, à Genève. Le CERN est le plus grand centre de recherche en physique des particules du monde.

Le professeur Hawking rendait visite à l'unité Théorie du Département de physique du CERN, qui accueille chaque année quelque 400 physiciens en déplacement venant confronter leurs idées. La visite de Hawking, éminent chercheur en cosmologie théorique, préfigure l'intérêt qui entourera le démarrage du Grand collisionneur de hadrons (LHC), prévu en 2007, et montre la place prépondérante qu'occupe le CERN comme lieu d'échange pour les plus brillants physiciens.

Le LHC sera le plus grand et le plus puissant accélérateur de particules du monde. L'énergie produite sera suffisante pour recréer les premiers instants du Big Bang, en provoquant des collisions de particules à une énergie totale de 14 téraélectronvolts. Le LHC sera au centre de la prochaine génération d'expériences du CERN et permettra un type de recherche totalement novateur. Son exploitation, attendue avec impatience par les physiciens, pourrait révolutionner notre compréhension de l'Univers.

« Les deux prochaines années vont être passionnantes pour vous » a déclaré le professeur Hawking en félicitant Robert Aymar, Directeur général du CERN, et tous les chercheurs du CERN pour leur travaux. Au cours de sa visite, Hawkings est descendu 100 m sous terre pour visiter plusieurs installations du LHC. A la question de savoir quelles sont les découvertes les plus importantes que pourraient amener les nouvelles expériences, Hawking a répondu : « Il y a trois possibilités : les superpartenaires, les trous noirs et le boson de Higgs ». A son avis, les superpartenaires et les trous noirs seraient les découvertes les plus intéressantes.

Les superpartenaires sont des particules prédites par la théorie : les particules que nous connaissons déjà auraient des « partenaires supersymétriques ». Celles-ci, non encore observées, pourraient constituer la mystérieuse matière noire de l'Univers. Elles sont à la base d'autres théories, telles que la théorie des cordes, élaborées en vue de disposer d'une « théorie du tout ». Le boson de Higgs, lui, est la dernière particule non observée prédite par le Modèle standard de la physique des particules. L'hypothèse de son existence a été formulée pour la première fois en 1964, mais le Higgs n'a jamais été observé directement. Le LHC pourrait démontrer son existence, qui permettrait de confirmer l'explication de l'origine de la masse des particules donnée par le Modèle standard.

Le professeur Hawking a également donné deux conférences au CERN : un séminaire pour les spécialistes, intitulé « Naissance semi-classique de l'Univers » et une conférence intitulée « L'origine de l'Univers ». Cette dernière, diffusée en direct dans cinq salles du CERN, a été suivie par 850 spectateurs enthousiastes.

Le professeur Hawking était présent au CERN du 24 septembre au 1er octobre 2006. On peut écouter ses interventions sur le Web aux adresses suivantes :

Note(s)

Le CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est le premier centre mondial de recherche en physique des particules. Il a son siège à Genève et a actuellement pour Etats membres l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'Inde, Israël, le Japon, la Fédération de Russie, les Etats-Unis d'Amérique, la Turquie, la Commission européenne et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

You are here