Le CERN annonce un nouveau calendrier de démarrage pour l’accélérateur de particules le plus puissant du monde

Interconnexions du dernier secteur du LHC (Image: CERN)

Genève, le 22 juin 2007. Lors d'une intervention à la 142e session du Conseil du CERN1 tenue ce jour, Robert Aymar, Directeur général de l'Organisation, a annoncé que le Grand collisionneur de hadrons (LHC) démarrerait en mai 2008, pour les premiers travaux d’étude de la physique dans des domaines inexplorés des hautes énergies. Le projet d’exploitation à basse énergie, prévu initialement pour cette année, a été abandonné en raison de plusieurs petits retards accumulés au cours des derniers mois de l’installation et de la mise en service du LHC, auxquels est venue s’ajouter la défaillance en mars d’un des éléments de la machine lors d'un essai de pression.

Le LHC est un instrument scientifique d’une complexité sans précédent ; avec ses 27 kilomètres de circonférence, ce sera la plus grande installation supraconductrice du monde. Le refroidissement du premier secteur de la machine jusqu’à une température de 1,9 K (-271,3°C) – une température plus froide que celle de l’espace intersidéral – a commencé cette année, et a été riche d’enseignement. Ce refroidissement a pris plus longtemps que prévu, mais il a permis à l’équipe d’exploitation du LHC d'aplanir les difficultés initiales et d'acquérir une expérience dont il sera tiré parti pour les sept secteurs restants de la machine. Une fois ce secteur refroidi, les essais de mise sous tension du secteur ont commencé et le refroidissement d'un deuxième secteur commencera bientôt.

En mars, un ensemble magnétique appelé triplet interne, fourni au CERN dans le cadre de la contribution des États-Unis au projet LHC, n'a pas résisté à un essai de pression. Un procédé de réparation a été défini et la réparation est en cours.

Pour Lyn Evans, chef du projet LHC, « le calendrier prévoyant une exploitation à basse énergie à la fin de l’année était extrêmement tendu en raison de plusieurs petits retards, mais avec le problème des triplets internes, il est maintenant impossible à tenir. Nous commencerons l’exploitation pour la physique en mai 2008, comme nous l’avions toujours prévu auparavant, et nous qualifierons du même coup la machine pour l’exploitation à pleine énergie. »

Le nouveau calendrier prévoit pour cette année le refroidissement et la mise sous tension successivement de chacun des secteurs du LHC. Tout au long de l’hiver, la mise en service du matériel se poursuivra, de sorte que le LHC sera prêt pour l'exploitation à pleine énergie lorsque les accélérateurs du CERN seront lancés au printemps. La mise en service d’un nouvel accélérateur de particules est une tâche complexe. Les faisceaux seront injectés à basse énergie et faible intensité, pour que l’équipe d’exploitation puisse acquérir de l’expérience dans la maîtrise de la nouvelle machine. L’intensité et l’énergie seront ensuite relevées progressivement.

« Démarrer un nouvel accélérateur ne consiste pas simplement à appuyer sur un bouton, explique Lyn Evans, mais nous espérons observer des collisions à haute énergie d'ici à l'été. »

Parallèlement, l’installation de matériels imposants et tout aussi innovants se poursuivra pour les expériences associées à cet accélérateur exceptionnel. Ce travail énorme sera achevé selon un calendrier cohérent avec celui de l’accélérateur.

Autre événement important, le Conseil du CERN a accepté d’accroître le financement du CERN pour la période 2008-2011, marquant ainsi un premier pas vers la mise en oeuvre des décisions prises par le Conseil en juillet 2006 concernant les orientations stratégiques de la physique des particules en Europe.

« Cette décision est importante pour l’avenir de la physique des particules en Europe, a déclaré Robert Aymar, Directeur général du CERN, car elle nous permet de rénover l’infrastructure du laboratoire, de préparer les améliorations à venir du LHC et de relancer un programme de R&D pour le long terme. »

Le LHC s’appuie sur toute une chaîne d’accélérateurs de particules, dont le plus ancien a été construit dans les années 50. Leur bon fonctionnement est essentiel pour une bonne exploitation du LHC. Ces ressources supplémentaires serviront à rénover l'infrastructure du CERN et à en tirer parti pour l'avenir.

Note(s)

1. Le CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est le premier centre mondial de recherche en physique des particules. Il a son siège à Genève et a actuellement pour Etats membres l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'Inde, Israël, le Japon, la Fédération de Russie, les Etats-Unis d'Amérique, la Turquie, la Commission européenne et l'UNESCO ont le statut d'observateur

You are here