L’Arabie saoudite et le CERN signent un protocole à leur Accord de collaboration

Genève, le 9 mai 2008. Un protocole à l’Accord de coopération qu’avaient conclu le CERN et l’Arabie saoudite en 2006 a été signé aujourd’hui au CERN par S.E. M. Mohammed I. Al-Suwaiyel, président de la King Abdulaziz City of Science and Technology, au nom du Gouvernement de l’Arabie saoudite, et par M. Robert Aymar, directeur général du CERN1, en présence de S.E. Ali I. Al-Naimi, ministre du pétrole et des ressources minérales et président du Conseil de Saudi Aramco, de S.E. M. Ibrahim A. Al-Assaf, ministre des finances, et d’une délégation de représentants d’universités saoudiennes et de Saudi Aramco.

Ce protocole vise à définir le cadre opérationnel nécessaire à l’exécution de diverses tâches spécifiques prévues par l’Accord de coopération afin de favoriser le développement d’une communauté de physique des particules de haute énergie en Arabie saoudite qui, à terme, jouera un rôle bien visible parmi les membres de la communauté scientifique mondiale qui collaborent au CERN.

M. Mohammed I. Al-Suwaiyel s’est félicité de cette signature : « Le Gouvernement saoudien a lancé plusieurs initiatives pour promouvoir la R&D au profit du développement national et de l’avancement de la science. Grâce à ce protocole, les scientifiques saoudiens pourront œuvrer dans ce sens. »

Robert Aymar s'est lui aussi félicité de l'événement: « C’est une étape décisive pour le renforcement des capacités de recherche fondamentale au Moyen-Orient. Nous sommes heureux d’accueillir des chercheurs saoudiens au sein de la communauté mondiale du CERN et je me réjouis à la perspective de voir cette collaboration prospérer dans les années à venir. »

Le CERN a également signé des accords de coopération avec d’autres pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, notamment l’Algérie, l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Iran, la Jordanie, le Maroc et le Pakistan. La signature de ce protocole contribuera aussi au développement de la science fondamentale dans le monde et à l’essor du CERN, en tant que laboratoire européen à dimension planétaire, qui porte sur ses épaules une part importante des efforts déployés pour comprendre les lois fondamentales de l’Univers.

Note(s)

1. Le CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est le plus éminent laboratoire de recherche en physique des particules du monde. Il a son siège à Genève. Ses États membres actuels sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. La Commission européenne, les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, l’Inde, Israël, le Japon, la Turquie et l’UNESCO ont le statut d’observateur

You are here