Le CERN programme un premier essai de collisions à 7 TeV dans le LHC

Genève, le 23 mars 2010. Le Grand collisionneur de hadrons étant à présent exploité couramment avec des faisceaux en circulation à 3,5 TeV, l’énergie la plus élevée jamais atteinte dans un accélérateur de particules, le CERN a pu fixer la date du lancement du programme de recherche du LHC : le premier essai de collisions à 7 TeV (3,5 TeV par faisceau) est prévu pour le 30 mars.

“Avec deux faisceaux à 3,5 TeV, nous nous apprêtons à lancer le programme de physique du LHC,” a déclaré Steve Myers, directeur des accélérateurs et de la technologie. “Mais nous avons encore beaucoup de travail avant d’obtenir des collisions. Aligner les faisceaux est en soi déjà un défi: cela revient un peu à lancer des aiguilles à travers l'Atlantique et à les faire entrer en collision à mi-parcours.”

D’ici au 30 mars, l’équipe du LHC travaillera avec des faisceaux à 3,5 TeV afin de mettre en service les systèmes de contrôle des faisceaux ainsi que les systèmes protégeant les détecteurs des particules parasites. Avant que les collisions puissent avoir lieu, tous ces systèmes doivent être entièrement mis en service.

“Le LHC n'est pas une machine de série,” précise Rolf Heuer, directeur général du CERN. “La machine fonctionne bien, mais nous sommes encore en pleine phase de mise en service, et nous devons admettre que cette première tentative de collision n'est bel et bien qu'une tentative. Il faudra peut-être des heures, voire des jours, pour obtenir des collisions.”

La dernière fois que le CERN a enclenché une nouvelle grande installation de recherche, à savoir le Grand collisionneur électron-positon (LEP), en 1989, les premières collisions de particules ont été enregistrées trois jours après le premier essai de collision.

La période d’exploitation actuelle du LHC a commencé le 20 novembre 2009, avec un premier faisceau en circulation à 0,45 TeV. Les événements se sont ensuite enchaînés rapidement : le 23 novembre, on a fait circuler les deux faisceaux et, le 30 novembre, on a atteint un record mondial d’énergie de faisceau, avec 1,18 Tev. Avant l’arrêt de 2009 du LHC, le 16 décembre, un autre record a été atteint, avec des collisions enregistrées à 2,36 TeV, produisant une quantité importante de données. Au cours de l’exploitation de 2009, chacune des quatre grandes expériences du LHC, à savoir ALICE, ATLAS, CMS et LHCb, a enregistré plus d’un million de collisions de particules, dont les données ont été réparties sans encombre dans le monde entier, via la grille de calcul du LHC, en vue de leur analyse. Les premiers articles de physique ne se sont pas fait attendre. Après un court arrêt technique, les faisceaux ont circulé de nouveau le 28 février 2010, et la première accélération jusqu’à 3,5 TeV a eu lieu le 19 mars.

Une fois que les collisions à 7 TeV auront été effectuées, il est prévu d’exploiter le LHC en continu pendant une période allant de 18 à 24 mois, avec un court arrêt technique à la fin de 2010. On disposera alors de suffisamment de données dans tous les domaines où des découvertes sont susceptibles d’être faites pour confirmer la prééminence du LHC au plan mondial dans le domaine de la physique des hautes énergies.

Le premier essai de collisions de protons à 7 TeV sera retransmis sur le web le jour même. On trouvera des informations plus détaillées à l’adresse suivante: http://press.web.cern.ch/press/lhc-first-physics/

Note(s)

1.Le CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est le plus éminent laboratoire de recherche en physique des particules du monde. Il a son siège à Genève. Ses États membres actuels sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. La Commission européenne, les États-Unis d'Amérique, la Fédération de Russie, l'Inde, Israël, le Japon, la Turquie et l'UNESCO ont le statut d'observateur

You are here