Une conférence à Genève pour apporter à la médecine les bénéfices de la recherche fondamentale

Genève, 20 février 2012. Un nouveau cycle de conférences sera lancé la semaine prochaine à Genève. La physique, la biologie et la médecine y seront conviées pour se mettre au service de la santé. À compter du 27 février, deux manifestations fusionnent pour constituer la conférence ICTR-PHE : la Conférence internationale sur la recherche translationnelle en radio-oncologie, qui se tient tous les trois ans depuis 2000, et l’atelier du CERN1 sur la physique au service de la santé, lancé en 2010. Une conférence de presse aura lieu à 10 h 15 le 29 février, au Centre international de conférences de Genève (CICG), et une conférence publique, donnée par le professeur Søren M. Bentzen, spécialiste renommé de l’oncologie humaine, aura lieu à 18 h 30 le mardi 28 février.

« Nous espérons créer un réseau mondial, qui permettra un échange d'informations fructueux entre spécialistes des diverses disciplines, adéclaré Jacques Bernier, coprésident de la conférence et chef du service de radiothérapie à la Clinique de Genolier, à Genève. Cet effort commun de toutes les disciplines concernées accroîtra l’efficacité des thérapies et, en fin de compte, améliorera considérablement la qualité de vie des patients. »

« Le but de ce regroupement est de stimuler des échanges et des interactions entre spécialistes de diverses disciplines, de la biologie à la physique, en passant par la clinique, » aajouté Manjit Dosanjh, conseillère pour les sciences de la vie au CERN et autre coprésidente de la conférence. Tout cela contribue à élargir les horizons de la recherche s’agissant du diagnostic, du traitement et des soins. »

Les deux conférences sont parfaitement en phase. La recherche translationnelle vise à faire passer rapidement et efficacement les derniers résultats de la recherche fondamentale à la phase d'application, et c'est précisément dans ce but que le CERN a créé il y a deux ans l’atelier sur la physique au service de la santé. Les technologies dérivées de la physique des accélérateurs et des détecteurs, de même que les techniques de gestion des données et d'imagerie assistée par ordinateur, sont appliquées très largement en médecine, et c’est là une tendance que le CERN souhaite systématiser. Dans le même temps, il est nécessaire de poursuivre la recherche en biologie pour mieux comprendre les mécanismes de différentes maladies, et les essais et études cliniques fournissent des informations cruciales sur les effets des thérapies.

Associer les deux conférences est l’occasion de créer de nouveaux réseaux interdisciplinaires et permettra aux participants d’échanger savoir-faire et informations pour obtenir des résultats plus rapides et plus affinés. La nouvelle conférence ICTR-PHE 2012 rassemble des experts de haut niveau des principales disciplines au service de la santé, ainsi que de jeunes chercheurs.

Pour en savoir plus:

Site web de la conférence : http://cern.ch/ictr-phe12

Conférence publique : Le traitement du cancer au XXIe siècle : biologie, physique et génomique, par Søren M Bentzen, Centre international de conférences de Genève (CICG), mardi 28 février, à 18 h 30.
http://cdsweb.cern.ch/journal/CERNBulletin/2012/08/Events/1424400?ln=en
La conférence se déroulera en anglais (traduction simultanée en français).

Accréditation :
http://ictr-phe12.web.cern.ch/ICTR-PHE12/journalists.html

Video News Release:
https://cdsweb.cern.ch/record/1424718?

Note(s)

Le CERN, Organisation européenne pour la Recherche nucléaire, est le plus éminent laboratoire de recherche du monde en physique des particules. Il a son siège à Genève. Ses États membres actuels sont les suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède, Suisse. La Roumanie a le statut de candidat à l’adhésion. Israël est État membre associé en phase préalable à l’adhésion. La Commission européenne, les États-Unis d'Amérique, la Fédération de Russie, l'Inde, le Japon, la Turquie et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

You are here