Démonstration au CERN du standard de réseau le plus rapide du monde

Joe Nordman, de la firme Genroco, en train d'expliquer le fonctionnement d'une zone de stockage de données à haute vitesse GSN-ST pour un public international et pour le CERN.

Joe Nordman, de la firme Genroco, en train d'expliquer le fonctionnement d'une zone de stockage de données à haute vitesse GSN-ST pour un public international et pour le CERN.

Un réseau de démonstration du type Gigabyte System Network (GSN) a été réalisé lors d'un atelier organisé par le CERN* en collaboration avec le High Performance Networking Forum (HNF). C'était la deuxième fois seulement qu'une démonstration de GSN était faite en Europe, et il s'agissait du plus grand réseau GSN jamais réalisé.

GSN est un nouveau type de réseau qui permet de transférer des données entre des ordinateurs à des vitesses atteignant 800 Moctets/s (800 000 000 caractères par seconde). Il s'agit donc du plus rapide des standards de réseau actuellement en service, huit fois plus que tous les précédents types de réseaux. Les ingénieurs du CERN ont contribué à créer le standard GSN et ils ont mis au point en particulier une passerelle permettant de connecter GSN à l'architecture Gigabit Ethernet, dont le succès va croissant, dans le cadre d'un projet commun avec Genroco Inc.

Le réseau du CERN utilisait un nouveau protocole de réseau appelé Scheduled Transfer (ST). ST permet de transférer des données d'un système à un autre avec un minimum d'intervention du système d'exploitation hôte. ST tourne, non seulement sur GSN mais aussi sur les réseaux classiques comme Gigabit Ethernet et HIPPI, et il permet à des ordinateurs d'accéder directement, par ces réseaux, à des dispositifs à mémoire, comme des disques ou des bandes au moyen d'interfaces standard (SCSI ou canaux de fibres optiques). La démonstration au CERN était la première démonstration d'un réseau à zones de mémoire tournant sur des réseaux multiples.

L'association de GSN et de ST permet de prendre en charge les installations de calcul et de mise en réseau et en mémoire nécessaires pour traiter les très gros volumes de données produits par les accélérateurs pour la physique des hautes énergies comme le Grand collisionneur de hadrons (LHC) actuellement en construction au CERN. D'autres applications potentielles incluent l'exploration en profondeur de très grandes bases de données, le calcul électronique à fort pourcentage graphique, comme dans les industries du cinéma et de la vidéo, ainsi que des applications pour les fournisseurs de services Internet qui doivent traiter des quantités croissantes de données, produites notamment par la "télévision à la demande" et la "télévision sur le Web".

Note(s)

*  Le CERN, Laboratoire européen pour la physique des particules, a son siège à Genève. Ses Etats membres sont les suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, la Slovaquie, la République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.   La Fédération de Russie, les Etats-Unis, Israël, le Japon, la Turquie, la Commission des Communautés européennes et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

You are here