Les expériences LHC présentent leurs derniers résultats à la conférence de Moriond

Genève, le 1er mars 2013. Les expériences menées auprès du Grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN1 vont présenter leurs derniers résultats lors de la conférence de Moriond, qui s’ouvrira demain à La Thuile (Italie) et se poursuivra jusqu’au 16 mars. Même si toutes les expériences LHC vont présenter des résultats, tous les regards seront tournés vers les collaborations ATLAS et CMS, qui feront le point sur les analyses concernant la nouvelle particule dont la découverte a été annoncée en juillet dernier.

« La patience est notre mot d’ordre, a déclaré Sergio Bertolucci, directeur de la recherche du CERN. Nous voulons tous savoir ce qui a été découvert exactement, mais pour cela, des analyses longues et minutieuses sont nécessaires. De plus, le Higgs n’est qu’un élément du vaste programme de recherche mené auprès des expériences LHC. Une multitude d’autres résultats de physique intéressants sont attendus à Moriond. »

Pour parvenir à découvrir la nouvelle particule, il a fallu exclure une vaste gamme de masses où, selon la théorie et les expériences précédentes, le boson de Higgs tant recherché était censé se trouver. C’est alors qu’un signal de plus en plus fort a été observé dans la région des 125 GeV. Il convient à présent de mesurer les propriétés et les nombres quantiques de la particule pour déterminer s’il s’agit bien du type de particule dont l'existence avait été prédite pour la première fois en 1964 par Peter Higgs et d’autres. S’il s’agit effectivement du boson de Higgs, alors, on aura trouvé la dernière pièce manquante du Modèle standard de la physique des particules, qui décrit les particules fondamentales qui constituent la matière visible de l’Univers et les forces qui les unissent, gravité mise à part.

Une partie de la solution qui permettra de déterminer le type de particule qui a été découvert consiste à mesurer précisément les taux de désintégration de cette particule en d'autres particules. ATLAS et CMS feront le point sur ces résultats très attendus lors de la conférence de Moriond. Les deux collaborations rendront compte de certaines analyses menées sur l’ensemble des données collectées en 2012, et présenteront notamment leurs résultats concernant les désintégrations en deux photons, en Z, en W ou en tau. Grâce aux vastes quantités de données utilisées pour les analyses présentées à Moriond, il sera possible de mesurer plus précisément les intensités du signal, ce qui permettra d’en savoir plus sur la nature du nouveau boson.

« De prime abord, réaliser des mesures de précision n’est pas aussi enthousiasmant que de découvrir une nouvelle particule, explique Sergio Bertolucci, mais c’est ce qui va vraiment nous permettre d’en savoir plus. Ainsi, un écart par rapport aux prédictions théoriques sur l’intensité du signal dans l’un des modes de désintégration serait un indice on ne peut plus fort d'une nouvelle physique. »

Outre leurs analyses sur le nouveau boson, les expériences ATLAS et CMS présenteront leurs derniers résultats concernant la recherche d’autres nouvelles particules, comme des versions plus lourdes d’objets connus ou des particules supersymétriques. Les mesures de précision sur différents processus du Modèle standard sont autant d’autres résultats attendus.

En conclusion, les semaines à venir nous promettent une foule de nouvelles mesures et de nouveaux résultats de recherche au LHC.
 

Plus en savoir plus sur les résultats attendus lors la conférence de Moriond :

http://www.quantumdiaries.org/2013/03/01/is-the-big-higgs-news-for-next-week/

http://www.quantumdiaries.org/2013/03/01/la-reponse-sur-le-boson-de-higgs-est-t-elle-imminente/

Note(s)

1. Le CERN, Organisation européenne pour la Recherche nucléaire, est le plus éminent laboratoire de recherche du monde en physique des particules. Il a son siège à Genève. Ses États membres actuels sont les suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède, et Suisse. La Roumanie a le statut de candidat à l’adhésion. Israël et la Serbie sont États membres associés en phase préalable à l’adhésion. La Commission européenne, les États-Unis d'Amérique, la Fédération de Russie, l'Inde, le Japon, la Turquie et l'UNESCO ont le statut d'observateur.

You are here