Le CERN et le Centre de recherche Wigner pour la physique inaugurent l’extension du centre de données du CERN à Budapest, en Hongrie

Genève, le 13 juin 2013. Le CERN1 et le Centre de recherche Wigner pour la physique2 ont inauguré aujourd’hui à Budapest le centre de données hongrois. Cet événement marque l’achèvement de l’installation accueillant l’extension du centre de données du CERN. Environ 500 serveurs, 20 000 cœurs de processeurs et 5,5 pétaoctets de capacité de stockage sont déjà opérationnels sur le site. Les liaisons dédiées et redondantes de 100 Gbit/s reliant les deux sites sont fonctionnelles depuis février 2013 et comptent parmi les premières liaisons transnationales sur une telle distance. Les capacités de calcul et de stockage hébergées au centre Wigner seront gérées à distance depuis le CERN. Elles permettront d'accroître notablement les capacités du centre de calcul de niveau 0 de la Grille de calcul mondiale pour le LHC (WLCG) et de mieux assurer la continuité des activités du Laboratoire.

Le WLCG a pour objectif la mise à disposition de ressources informatiques mondiales afin de stocker, de distribuer et d’analyser les énormes quantités de données produites par le LHC, soit plus de 25 pétaoctets par an. Il s’agit d’un système mondial organisé sous forme de niveaux, avec un nœud central (le niveau 0), situé au CERN. Les données du LHC sont agrégées dans le centre de niveau 0, où est réalisée la reconstitution initiale des données et où une copie de ces données est stockée à long terme sur des bandes magnétiques. Via des fibres optiques fonctionnant avec des liens multiples de 10 Gbit/s, le centre de niveau 0 envoie des données à chacun des 11 grands centres répartis dans le monde entier, qui forment le premier niveau, ou niveau 1. Avec les centres de niveau 2 et 3, plus petits et reliés via Internet, le nombre total de centres de calcul participant au WLCG s’élève à plus de 140, répartis dans une quarantaine de pays. Le WLCG sert une communauté d’environ 8 000 scientifiques travaillant sur les expériences LHC, en leur permettant d’accéder de façon transparente à des installations de calcul et de stockage de données distribuées. Chaque jour, le WLCG traite plus de 1,5 million de calculs ; à titre de comparaison, 600 ans de fonctionnement ininterrompu seraient nécessaires à un ordinateur unique pour traiter une quantité de données similaire. Ce système informatique décentralisé ultra-performant a permis aux physiciens d'annoncer le 4 juillet la découverte d’une nouvelle particule, dont il a été confirmé par la suite qu’il s’agissait d’un boson de Higgs.

« Les besoins en ressources informatiques des expériences seront bien plus élevés lors du redémarrage du LHC, en 2015. Héberger des équipements informatiques au Centre Wigner afin d’accroître les capacités du centre de données de niveau 0 du CERN est essentiel pour y répondre et assurer le succès de notre programme de physique. Cette capacité de calcul et de stockage disponible à distance contribuera également à garantir la continuité des activités pour les systèmes critiques en cas de problèmes sérieux sur le site du CERN, souligne le Directeur général du CERN, Rolf Heuer. Nombre de disciplines scientifiques font face à une augmentation exponentielle de données. Il est possible qu’à l’avenir d’autres domaines scientifiques s’inspirent de cette approche innovante pour mener leurs activités ».

L’extension à Budapest du centre de données de niveau 0 permet d’ajouter jusqu’à 2,5 MW supplémentaires à la puissance électrique de 3,5 MW du centre de données de Genève, qui a déjà atteint ses limites. Le contrat avec le centre Wigner a débuté en janvier 2013, et a été conclu pour une durée allant jusqu’à sept ans. La capacité hébergée à Budapest augmentera progressivement en fonction des besoins du CERN. La gestion à distance depuis le CERN de cette capacité favorise tant la création d’un savoir-faire que le développement d’une expertise et de solutions relatives à l’informatique en nuage. Autant d’éléments qui s’avèrent essentiels pour faire face au défi que constituent les énormes quantités de données générées par les besoins de calcul exponentiels dans tous les domaines de la recherche.

« L’ouverture du Centre de Calcul Wigner et le début de notre collaboration dans le domaine des technologies de l’information est un petit pas pour le CERN mais un grand pas pour la Hongrie » a déclaré Peter Levai, directeur général du centre de recherche Wigner pour la physique.

 

Pour en savoir plus sur la WLCG :

www.cern.ch/wlcg

www.cern.ch/wlcg//wlcg-google-earth-dashboard

Note(s)

1. Le CERN, Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est le plus éminent laboratoire de recherche en physique des particules du monde. Il a son siège à Genève. Ses États membres actuels sont les suivants : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse. La Roumanie a le statut de candidat à l’adhésion. Israël et la Serbie sont États membres associés en phase préalable à l’adhésion. La Commission européenne, les États-Unis d’Amérique, la Fédération de Russie, l’Inde, le Japon, la Turquie et l’UNESCO ont le statut d'observateur.

2. Le Centre de recherche Wigner pour la physique de l’Académie hongroise des sciences est situé à Budapest (Hongrie). Il a été créé le 1er janvier 2012. Il succède à l’Institut de recherche KFKI pour la physique nucléaire et corpusculaire (KFKI RMKI), qui a participé à de nombreuses expériences du CERN (ALICE, CMS, TOTEM, ASACUSA, NA61, RD51, WLCG). Le centre Wigner est maintenant l’institut hongrois qui participe à ces expériences.

You are here